Archives de Tag: quartiers de Montréal

Acheter une maison à Montréal: la discussion se poursuit #ExodeFamilles

Martin Bergeron

IMG_0128

Mon article portant sur l’enrichissement qu’engendre l’achat d’une maison à Montréal continue de susciter de multiples réactions, ce qui me réjouit au plus haut point. Un lecteur de ce blogue a formulé un commentaire que je trouvais des plus constructifs. Je reproduis ici ma réponse:

Concernant mon hypothèse d’une croissance de 4% dans les prochaines années, elle se base sur le fait que la croissance récente de 10-11% me semble insoutenable à moyen et long terme. Cette croissance récente des prix est due notamment aux taux d’intérêts actuels qui vont nécessairement remonter un jour. Je préférais donc baser mon hypothèse sur un modèle plus conservateur et réaliste. Mais si jamais je me trompe et que la croissance à venir sera plus élevée que 4%, vous vous rendez compte que j’aurai alors sous-estimé le gain à faire en achetant à Montréal, puisque la maison plus chère (Montréal) prendrait alors encore plus de valeur que celle qui en vaut moins (banlieue)? Dans un tel scénario, la possession de deux voitures nuit alors encore plus au patrimoine familial!

Votre deuxième paragraphe est très pertinent et je suis bien conscient que vous avez raison: les quartiers centraux sont victimes de leur succès. Les gens qui ont fait des calculs semblables aux miens se sont tous installés à proximité du transport en commun dans les quartiers centraux, créant ainsi une surenchère et une hausse vertigineuse des prix. Évidemment, ceux qui ont acheté il y a quelques années sont assis sur une mine d’or et font ainsi la démonstration concrète de mon modèle. Mais qu’en est-il pour les prochains? Vous avez raison: en 2013, les quartiers centraux sont de moins en moins abordables.

Voilà pourquoi la solution (vous le soulevez avec justesse) réside dans le déploiement de notre réseau de transport en commun. Pouvez-vous imaginer, par exemple, l’effet que pourrait avoir un prolongement de la ligne bleue du métro dans les quartiers de St-Michel, St-Léonard et Anjou? C’est toute la logique du développement TOD (transit-oriented development) qu’il faut exploiter au maximum à Montréal. La portion sud-ouest de la ligne verte notamment, entre Angrignon et Verdun, est sous-exploitée et pourrait accueillir un bien plus grande nombre de passagers. Pourrait-on imaginer, par exemple, développer tout un quartier résidentiel autour du métro Angrignon, juste à côté du parc du même nom, là où il y a présentement une zone industrielle qui fonctionne au ralenti?

Le transport en commun attire la population à Montréal à un point tel qu’on peut y appliquer la même logique que Kevin Costner dans le film Field of Dreams: « If you build it, they will come! » :-)

Finalement, votre dernier point concernant les familles et « ce qu’elles considèrent une qualité de vie » engendre une conclusion fondamentale pour Montréal: nous ne pouvons retenir en ville que les familles qui aiment « l’urbanité »! Mes enfants préfèrent de beaucoup aller jouer au parc avec pleins d’amis (certains de la même école, d’autres non) plutôt que de rester entre eux dans la cour. De même, je préfère nettement être déjà avec eux à 17:30 plutôt que d’être pris dans ma voiture à écouter la radio. Mais manifestement, d’autres familles font des choix de vie différents, et je les respecte. Il en va de même pour la grandeur de maison: ceux qui croient qu’une famille de 4 personnes a « besoin » d’au moins 2 400 pi2 pour bien vivre ne sont tout simplement pas faits pour vivre en ville.

L’erreur que Montréal ne doit pas faire serait d’essayer de plaire aux familles pour qui le modèle « une grande cour, une grande piscine, une grande maison » est la seule façon de vivre. Le drame de Montréal, c’est de ne pas pouvoir retenir chez-nous ces familles pour qui la véritable vie urbaine est le premier choix, mais qui doivent s’expatrier parce qu’elles ne peuvent se payer les maisons des quartiers desservis par le transport en commun. Se donner comme objectif de retenir celles-ci trace déjà un plan stratégique drôlement emballant pour Montréal!

Le tout Montréal culturel prend La Ligne Bleue

par Martin Bergeron

<p><a

C’est aujourd’hui le rendez-vous 2012 de Montréal: métropole culturelle, événement de mi-parcours du Plan d’action 2007-2017. On attend près de 900 personnes à la TOHU – un membre important du réseau de La Ligne Bleue – pour discuter du chemin parcouru par le secteur culturel à Montréal au cours des 5 dernières années, et encore plus de ce qui nous attend au cours des 5 prochaines.

Au menu:

  • Le Montréal local – le développement culturel de la métropole à l’échelle locale : le développement des quartiers culturels, parce qu’une métropole culturelle doit vivre sa culture dans toutes ses composantes; le citoyen au cœur de l’action culturelle, comme participant actif et non seulement comme spectateur.
  • Le Montréal global – le rayonnement international de Montréal, métropole culturelle : le rayonnement national et international de l’activité culturelle de Montréal est plus que jamais à l’ordre du jour.
  • Les nouveaux modèles de financement : l’investissement en culture ne fléchit pas à Montréal, autant l’investissement public que l’investissement privé. Il faut maintenir ce mouvement et maximiser ses retombées de façon à construire des modèles économiques résilients, renouvelables et durables.

Dans le cadre des discussions sur le Montréal local, La Ligne Bleue a obtenue de prendre la parole afin d’expliquer son rôle dans le développement des quartiers culturels situés le long de la ligne 5 (bleue) du métro de Montréal.

Alors que cette organisation que j’ai le plaisir de présider vient tout juste de lancer officiellement ses activités il y a à peine plus d’un mois, et que nous croyons que notre modèle de mise en commun des ressources est porteur d’avenir pour le secteur culturel, il est tout à fait approprié que le tout Montréal culturel se déplace sur notre réseau pour participer à cet événement de grande envergure.

Je vous invite à visionner la vidéo insérée plus haut afin d’en apprendre davantage sur La Ligne Bleue et sur son événement de lancement du 20 octobre dernier.